Lettre à Monsieur le Président de la République

Christian HYERLÉ           à l’attention de       Monsieur Emmanuel MACRON
52 rue Voltaire                                                Président de la république
69310 Pierre-Bénite                                       55 rue du faubourg Saint Honoré
75008 PARIS

Lettre ouverte et Contribution bénévole à  »La République En Marche »

(lecture complète : environ 7 mn ou pages 6 et 7 = 1 mn)

MUTATION – TRANSITION

« EN MARCHE »    → Pourquoi ?
→ Pour…quoi ?
→ Sur quel chemin ?

   ————->  Vers où ? 

Bonjour Monsieur le Président,

La majorité des citoyens votants de notre pays vous a porté à la plus haute fonction de l’État. Ils n’ont pas été motivés par une conviction unique pour cela. Certains, animés par une adhésion réelle à votre projet, d’autres à l’homme que vous êtes, d’autres dans l’espérance d’un avenir meilleur, mais beaucoup aussi par crainte d’un avenir encore plus sombre, parce qu’ils sont inquiets, désemparés, et révoltés ou exacerbés par les partis dits « historiques ».
Votre magnifique réussite reste cependant le résultat de vos efforts, de votre travail, de vos qualités et talents et de votre ambition de servir le peuple, le pays, L’Europe…
Elle a eu des conséquences imprévisibles et y a trois ou six mois :
– Un bouleversement et une confusion ont fait imploser la quasi-totalité des partis traditionnels. Il se révèle ainsi que le « système » n’assurait plus depuis longtemps sa fonction principale qui est de servir le peuple, la seconde de servir la France… Et quand un système n’assure plus ses fonctions, il tend à disparaître .
– Elle a fait émerger de manière tranchante les contradictions (apparentes) entre mondialisation et repli sur soi, entre l’individuel et le collectif, entre travail et capital, entre épanouissement individuel et bien-être général.

Elle réinterroge le sens et le devenir de l’homme, de la France, de l’humanité et de la vie sur la planète.
Elle révèle qu’au-delà ou à côté d’attentes et aspirations matérielles – travail, emploi logement, argent, confort, etc… Les femmes et hommes aspirent à devenir plus et mieux dans l’espérance discrète d’accomplissement et de réalisation de soi : Être humain ; …même et encore plus sur les ruines de certitudes écroulées.

——————————————————————————————————————–
Citoyen quelconque, retraité depuis 8 ans , cette situation m’a stimulé dans le désir encore présent de suggérer quelques réflexions. Sans ambition d’image, de notoriété, prestige, et sans désirs ou besoins matériels – je me satisfaits d’une modeste pension – je crois disposer d’assez de liberté et d’aisance pour être sincère et clair dans mon propos.
——————————————————————————————————————–

« En marche » pourquoi ?

Au-delà des raisons de communication médiatique ce slogan suggère le mouvement, une dynamique, un chemin, des objectifs, un projet, une finalité, alors que nos organisations, nos systèmes, nos lois, nos principes, nos modes de vie semblent s’être établis dans une fixité, une permanence, une pérennité assurées. Nous sommes donc dans une sourde et obsessionnelle illusion-espérance :
 » la certitude donc la Vérité et la permanence existent. »
Cependant, « L’immuable, c’est la transformation » selon le YI King.
Et l’histoire, les sciences dures, les sciences sociales, les sciences du vivant nous démontrent l’inexistence irrémédiable d’une vérité absolue donc de la certitude et de la permanence. Au point le plus profond de nos recherches, il n’y a que mouvements et interactions. (un unique principe unificateur – séparateur )
Nous sommes dans l’incertitude et dans l’impermanence. (heureusement j’ai un doute…)
 » Sois heureux tout de suite, tu n’as que maintenant. » (pas sûr non plus…)
Ainsi peut se définir pourquoi « en marche » : parce que nous le sommes tout simplement, que nous le voulions ou non.

« En marche » mais pour… quoi ?

Au début de l’histoire de l’humanité il fallait dominer sur un territoire pour survivre et faire survivre ses congénères, et surtout pour assurer la reproduction de l’espèce par la possession du territoire et des individus de sexe féminin. Dominer et posséder ont ainsi édifié les fondations comportementales. Puis les civilisations débutantes ont inscrit : Tu possèdes et tu domineras les plantes , les animaux, la planète. C’était il y a longtemps… et c’est aujourd’hui. Ces pulsions comportementales continuent à animer les hommes . Seuls les moyens ont changé.
– le pouvoir par la force ou la manipulation,
– le pouvoir et la possession par l’argent,
– (et quelquefois par un honnête travail, si…si…)
Et nous en sommes venus à nommer ces comportements : quête de bonheur, et plus : moteurs de l’évolution. A quoi nous ont-ils menés ?

« En marche » sur quel chemin ?

A la moitié du 19e siècle, époque de la première révolution industrielle, les objectifs restaient clairs : dominer et utiliser la nature pour le bien-être des hommes. Et cela a été relativement efficace jusqu’à la moitié du 20e siècle. Une seconde révolution industrielle naît simultanément à la multiplication des désirs et besoins de produits fabriqués. Les progrès scientifiques et technologiques permettent alors un développement exponentiel des capacités de production et des désirs de consommation. Ceci pour une population mondiale en développement exponentiel également. L’homme moderne s’est ainsi donné une nouvelle fonction quasi exclusive : celle de producteur-consommateur et exploiteur-dominateur-destructeur de son environnement.
L’apothéose du principe séparateur est atteinte par la fission et la fusion nucléaire. Une autre évolution scientifique et technique va bouleverser les relations inter-humaines. La planète dit-on, devient un village et toute l’humanité est interconnectée par des interactions artificielles, et gérée par des algorithmes. C’est la troisième révolution industrielle qui verrouille et stimule encore plus nos identités de producteurs-consommateurs…
Dans des risques permanents de guerre nucléaire et de catastrophes écologiques.

Les conséquences de ces changements et évolutions sont aussi pour beaucoup l’amélioration d’un confort matériel (toujours éphémère), pour la plupart l’espérance de l’obtenir, et pour un petit nombre un enrichissement hors de toute raison, de toute mesure. (et pour presque tous une solitude croissante). Cette situation a donc inscrit des formatages gagnants/perdants et perdants/gagnants dans toutes les interactions. Principalement les hommes entre eux et les hommes avec la planète. L’histoire de l’humanité montre avec évidence que les interactions gagnants/perdants aboutissent inévitablement à des états perdants-perdants.
Il apparaît aussi en ce début de 21e siècle qu’une inégalité scandaleuse s’est   instaurée : il y a désormais des êtres humains qui ont plus de valeur que d’autres et pire : que certains n’auraient pas de valeur ni importance du tout.
9 à 12 millions de pauvres dans notre pays paraît-t-il… Nos valeurs républicaines sont bafouées. l’ordre dans lequel elles ont été gravées aurait pourtant permis de le prévoir : Dans une relation de liberté (1), la porte est ouverte pour des relations (interactions) :  » je suis plus, tu es moins ». L’égalité (2) est donc compromise et les gains et pertes qui en résultent compromettent la fraternité (3), et limitent la liberté.
Alors faudrait-il briser les frontons de nos mairies ? Peut-être, pour inscrire que l’égalité (1) est première afin qu’apparaisse en second la fraternité (2) qui permet, dans la découverte de différences, l’élargissement des choix donc l’expansion de         la liberté (3), en troisième.
Le premier panneau d’information sur ce chemin pour être  »en marche » indique que :

« Tous les Êtres Humains ont une égale valeur et importance potentielles. »

C’est dans les interactions fraternelles avec lui-même, avec les autres et avec la nature qu’un être humain existe pleinement.
(Henri Laborit : « la fonction d’être d’un être, c’est d’ être. »)
(Albert Jacquart :  »Rien n’existe hors de la rencontre »)
Nous existons simultanément dans trois mondes en interactions : celui du mental (1), celui des émotions (2), celui du corps (3). (cerveau reptilien – cerveau limbique – néocortex). Ceci est un système dont le bon fonctionnement interne dépend du bon fonctionnement de chaque élément qui le compose. Il est montré précédemment que l’interaction exclusive est devenue le mental (1), (par la production) avec le physique (3), (par la consommation).
Le monde des émotions, lorsqu’il est pris en compte, c’est pour l’exploiter financièrement (et politiquement). Pour le reste il disparaît dans l’ignorance ou le mépris. Dans ces « dispositions formatées », l’être est amputé de l’essentiel et le plus élevé qui le constituent : son cœur, sa sensibilité. En plus de cela, ces dispositions réduisent la créativité, l’inventivité et l’anticipation, si nécessaires aujourd’hui.
La qualité et la quantité des interactions internes déterminent la qualité et la quantité des interactions externes.
Mais le modèle premier est devenu un méta-modèle qui détermine un seul mode d’interaction : dominer-posséder d’une part, se soumettre ou se révolter d’autre part. il est verrouillé avec tant de force que la plupart affirme : « On n’y peut rien. » Cependant bon nombre de philosophes, scientifiques, penseurs nous alertent et nous montrent que la perpétuation de ce modèle compromet l’avenir de l’humanité et de la vie sur la planète … et à court terme.
Ce risque est devenu majeur, et la pulsion individuelle de dominer-posséder entre en profonde et violente opposition avec la nécessité de restaurer et réguler le fonctionnement écologique. Les solutions globales semblent peu efficaces. Pour ma part, je crois que l’homme entretient des interactions similaires avec lui-même, avec les autres et avec son environnement.
(j’ai observé que mes élèves et participants devenaient spontanément plus respectueux avec l’environnement quand ils avaient développé le respect et l’estime d’eux-mêmes et des autres.)
C’est donc par une éducation et formation basées sur l’individu et sa véritable nature que peut se concrétiser l’amour respectueux de la nature. Et le parcours du vivant témoigne de ses capacités d’évolution.

De la première bactérie à l’homme, quel chemin !
il semble que l’évolution soit aussi une élévation, une sorte de perfectionnement qui s’est effectuée par la transmission d’informations et par la sélection naturelle ; ceci principalement animé par les nécessités d’adaptation dans les changements environnementaux naturels. Aujourd’hui les changements environnementaux sont largement dus aux activités humaines donc artificiels. Ces changements sont de plus en plus importants, de plus en plus nombreux et de plus en plus rapides. Ils nous convoquent à des performances d’adaptation. Il en résulte que le changement évolutif pour l’adaptation doit être artificiel, lucide, délibéré, choisi par l’homme :

Mutation ou transition ?
S’il est admis que l’être humain a pour fonction d’évoluer, voire de s’élever et de permettre le maximum de bien-être pour le plus grand nombre, il devient évident qu’un changement de programme comportemental librement choisi est souhaitable, plus : nécessaire, pour être gagnants – gagnants. Cet objectif ne doit pas être la proposition d’un modèle-formatage supplémentaire, mais plutôt être un modèle pour démodéliser.
Cette trans-formation demandera du temps. Il convient de la définir, l’organiser, montrer le chemin, faire le premier pas et contrôler. Selon moi, elle commence par l’éducation et la formation ; les jeunes, et simultanément , les adultes confrontés à des besoins de performances relationnelles, pour assurer et assumer « la fonction d’Être ».
Le programme existe. Il a été éprouvé positivement (par plus de 5000 personnes depuis 1985). il s’agit essentiellement de développer les qualités des interactions humaines, surtout les trois principales : Écouter, s’exprimer, résoudre, et les trois autres : écrire pour être lu, captiver un auditoire, apprécier sans flatter. (programme détaillé sur mon blog.)

Dans ce qui précède, le chemin est suggéré ; nous avons considéré « pourquoi en marche »,  »pour…quoi en marche »,  »sur quel chemin ? », il reste à proposer :
« En marche « Vers … où ? »
Que tous les êtres humains soient égaux dans leur valeur et importance ne signifie pas qu’ils doivent abandonner leur évolution qui consiste à « devenir plus et mieux » dans une saine compétition avec soi-même. (« devenir plus et servir, sans imposer , ni subir ») Ici se présentent des hypothèses philosophiques voire spirituelles, qui peuvent s’exprimer sous la forme d’un désir d’épanouissement et d’accomplissement. Le méta-modèle cité précédemment bloque la réalisation de ce désir. Il entretient des relations sujets→objets. L’état d’objet est indigne de l’Être humain. Les relations sujets ↔ sujets sont les seules qui permettent la dignité intrinsèque de chacune et chacun.

Un autre caractère particulier de l’homme réside dans son attirance pour l’inconnu, pour le mystère ; pour les connaître, et « lever le voile ». Aujourd’hui les sciences restent indécises sur la nature et l’existence de la matière, du temps, de l’espace, de l’énergie, de la vie et tout autant sur la naissance de notre univers. La physique quantique en particulier nous confronte sur notre connaissance de « la réalité. » Rien n’existe isolé, hors du tout, donc tout est relié ( intrication). L’observateur que nous sommes tous est co-créateur de son observation.
Simultanément les manipulations génétiques alimentent le projet trans-humaniste (encore la quête de certitudes, de permanence et de pouvoir), par les manipulations de l’ADN qui permettent désormais une maîtrise précise sur des segments, choisis par quoi ?, par qui ?, dans quelles intentions ? (protocole CRISPR).

Une alternative semble se préciser : une mutation provoquée par un changement physique, matériel aux résultats douteux, définis par qui et pourquoi ? D’une part, ou une transition, basée sur des choix conscients, librement consentis, immatériels, par l’éducation et la formation, d’autre part.
Il devient possible aussi d’édifier, chacun par soi-même, à partir de ces concepts « une spiritualité laïque » respectueuse et stimulante de toutes les autres spiritualités. De ce qui précède, il résulte que l’ensemble des désirs et besoins humains peuvent se résumer ainsi :
Satisfaire LA FONCTION D’ÊTRE HUMAIN.

Et cette fonction dispose d’une puissance considérable :
Des terroristes tuent et se tuent pour la servir
(envisager un programme de déradicalisation sur ces bases ?)

Et au-delà le rêve, l’illusion, l’utopie : l’ultime de l’être, c’est l’Être ultime. (Créateur)
« En marche », nous le sommes, parce qu’à la croisée de deux chemins, l’un pour rester producteurs-consommateurs-destructeurs, l’autre pour devenir Êtres Humains, capables d’être et de faire être.

D’abord par l’éducation et la formation.
« En marche » est un projet ; la transition proposée ici est une vision. Notre pays, celui des « droits de l’Homme » a le devoir et la mission de proposer, humblement, cette vision pour tous les peuples, parce que nous sommes la France. En coévolution dans l’Europe et dans le monde. Ainsi sera « rassemblé ce qui est épars. » Mais ce chantier ne pourra être ouvert que par des hommes exceptionnellement lucides et courageux…

Monsieur le Président, Il est très peu probable que ce texte, bien trop long (je deviens un vieil homme prolixe et radoteur) vous parvienne. Et si c’est le cas, votre temps est sans doute trop limité pour vous permettre de le lire. Néanmoins, il se peut que le hasard, la providence, ou quelque bizarre « synchronicité » vous permette sa consultation et peut-être vous aura-t-il distrait quelques instants. C’est ce que je souhaite, en vous assurant de ma profonde considération, et si ce n’est pas trop familier, de ma sympathie. Je crois en vous et en votre projet, comme je crois en la vision que je suis heureux de vous soumettre, même si je sais que je ne serai probablement plus là quand elle se concrétisera.

 »À l’exception de la coexistence symbiotique, toute l’évolution a reposé jusqu’ici sur le principe de la sélection naturelle, dans des rapports exclusifs de domination-possession. Le constat actuel est que ce principe qui était support d ‘évolution, est devenu support de régression et facteur de risques pour toute l’humanité et pour la vie sur la planète.
Ce qui conduit à proposer un principe différent à mettre en œuvre dans l’ensemble des interactions : La coévolution d’êtres humains, sujets d’eux-mêmes, pour devenir citoyens du monde ; un « corpus-humanitatis », voué au bonheur et à l’accomplissement de chaque individu ».*

* extraits :  »du paraître à l’être », christian Hyerlé – 1999.

Christian HYERLÉ le 11 juin 2017, site : corpus-humanitatis.com

Copies prévues : Mouvement  »République En Marche »,
Médiapart,
Rue 89,
Agoravox

Action créatrice de la parole

 image du bing-bang :   big-bang

 

‘’L’action créatrice de la parole dans le prologue de Jean’’

(ou : l’action créatrice, universelle, du lien) 

Il y a dans l’histoire de l’humanité des textes dont les dimensions épique, poétique et exceptionnelle les établissent comme œuvres mythiques et sacrées.

C’est le cas du ‘’prologue de Jean’’ comme du ‘’cantique des cantiques’’, du ‘’sermon sur la montagne’’ dans la bible et cela existe aussi dans les autres livres traditionnels des principales religions.

Ces textes sacrés produisent spontanément en la plupart d’entre nous une attitude respectueuse, mêlée de crainte et de vénération, comme s’ils étaient intouchables.

Sans doute parce qu’ils se reçoivent (en innocence), et que des tentatives d’explication risqueraient d’en trahir et réduire le sens.

Il semble que ce choix  serait au-delà de la prétention ou de l’orgueil, au delà de la transgression, et qu’il serait peut-être de l’ordre du sacrilège.

C’est donc avec prudence et réserve que j’évoque ici le prologue de Jean.

Néanmoins avec humilité tentée, si ce n’est démontrée, je choisis d’aborder ce sujet, en 7 thèmes répartis en 4 exposés :

A                     1 – introduction et relecture,

                        2 – étymologie,                    

T                     3 – corrélations en sémantique et biologie,

                        4 – corrélations avec le tétragramme et la géométrie,

G                     5 – interprétations philosophiques

                        6 –      ‘’       ‘’        ontologique,

C                     7 – conclusion.

A

1-      introduction et relecture :

Les thèmes qui précèdent suggèrent une complexité qui pourrait paraître rébarbative ou obscure, cependant, j’ai tenté d’exprimer tout cela avec un maximum de simplicité et de modestie, qui me semblent être les indices d’une véritable compréhension.

D’ailleurs, j’exprime ces propositions de réflexions dans l’assurance qu’elles n’ont aucune valeur particulière sinon celle qu’on peut accorder à quelqu’un qui dispose d’un temps et d’un lieu d’expression… Avec la conscience que l’ignorance est dans la connaissance, et la connaissance dans l’ignorance.

A moins, bien sûr, d’être assuré de ‘’l’action créatrice de la parole’’ ;

Quoique ma conviction soit plus établie dans le fait qu’il n’existe pas de savoir absolu, donc ni certitude, ni permanence.

Il convient pour cet article de présenter le prologue ; je le fais en le distinguant arbitrairement en 4 parties :

Dieu le verbe :

Au commencement était le verbe, la parole de Dieu, et le verbe était auprès de Dieu, et le verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui, tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.

 Jean le messager :

Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.

 Le verbe-lumière :

Le verbe était la vraie lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu.

 Le verbe-créateur :

Mais tout ceux qui l’ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.

 Pour information, il existe différentes traductions du prologue. Le sens n’en semble pas altéré. Il rappelle ce qui serait la première parole divine : ‘’ que la lumière soit !’’ Et son résultat en action : ‘’et la lumière fut’’.

C’est ainsi que s’engage l’acte géniteur initial duquel naîtra toute création.

 Verbe et lumière sont donc confondus dans le prologue.

 2 – étymologie :

 Du point de vue étymologique, le logos, racine du mot, présente plusieurs définitions : il serait le langage parlé, mais aussi la pensée, la conscience, l’esprit voire l’âme et même le divin. Le préfixe indique clairement : ce qui était avant ou devant, ou devant advenir.

T

3 : Corrélations en sémantique et biologie : 

‘’ L’action créatrice de la parole’’  dont il est question ici justifie de proposer une définition de la parole : Il s’agit d’une suite de sons différents interrompus en pointillé par des silences, et qui produisent et  transmettent des informations.

 En effet, même si ceci ne nous apparaît pas d’évidence, des sons ininterrompus ne pourraient prendre signification d’un langage. Il y faut ces interruptions de silence pour constituer un langage articulé.

 Cependant il présente deux composantes :

–          L’une procède de la dimension physique ; un organe produit un bruit qui nécessite le vecteur qui est l’air, pour se transformer en son. (dans le vide absolu, pas de son, excepté le bruit de fonds de l’univers sur lequel je reviendrai ; d’ailleurs le vide absolu est une vue de l’esprit, voir bibl.).

–          L’autre réside dans les conventions au sujet du sens de ces sons selon une structuration dénommée langage. Et tout ce qui existe est langage ; Il n’y de représentation que nommable et exprimable.

 C’est pourquoi la parole suggère d’être abordée aussi à partir de 4 disciplines :

–          la biologie,

–          la sémantique,

–          la géométrie,

–          la philosophie. 

Du point de vue biologique, il est constaté que les bases de notre code génétique sont au nombre de 4 : l’Adénine, Guanine, Thymine, Cytosine.

Avec les acides aminés (20), elles permettent l’existence de 6 milliards et demi d’êtres humains, qui sont autant de gros livres différents constituant l’immense bibliothèque qu’est l’humanité.

Comme le langage, c’est-à-dire la parole, le code génétique est un système d’information.

Hors, il est surprenant de constater que sa structuration est similaire au langage. (Voir bibl.) Les structurations de l’un – le langage- et de l’autre – le code génétique – montrent une  hiérarchie similaire des significations ;

Successivement, pour le langage : la lettre, puis le  mot, puis l’espace, puis la phrase, le paragraphe … tout ceci n’est que moindre trahison du réel puisque toujours représentations individuelles…

Pour l’A.D.N. : le gène, puis l’intron, puis l’exon, puis le triplet, puis la base azotée…

Il est remarquable par exemple qu’on puisse retrouver dans l’A.D.N. l’équivalent de la majuscule, du point final, du point virgule, de l’ouverture et fermeture de parenthèses…

Pour tous ces éléments, il y a identification et connaissance de leurs significations.

Cependant, le langage comme l’A.D.N. implique l’existence d’un sens et d’un contenu global… inconnu. Nous connaissons  les briques, le mur, mais pas l’édifice entier. 

Ce contenu est peut-être message originel et finalité (ou transcendance).

Il connait successivement pour le langage, comme pour l’A.D.N., des déperditions et améliorations de l’information transmise.

Néanmoins, la courbe moyenne témoigne d’un progrès qui se traduit en quantité et variétés des informations transmises. En synthèse partielle, il y aurait action créatrice de la parole dont l’origine, le contenu véritable et la finalité nous échappe.

Comme il y a un code génétique qui contient un programme dont la finalité nous échappe aussi. Il est cependant désormais établi qu’un projet  existe et qu’il est en action. Il y a un programme, c’est sûr ; y a-t-il  un programmeur ?

 Ce que nous pouvons supposer à ce sujet, c’est qu’il a permis ou ordonné l’évolution de la vie,  depuis le bing-bang jusqu’à l’humain. Ce bruit initial, première action créatrice de la parole de Dieu, résonne encore dans la musique céleste des sphères ; il est dénommé : bruit de fonds de l’univers.

L’évolution se poursuit … vers quoi ?

 Je rappelle les 4 lettres qui formeraient le nom de Dieu : YOD, HE, VAV, HE

tétraèdres :

tetraedre

 

G 

4 –  corrélations avec tétragramme et géométrie :

Le code génétique est  un cryptogramme à 4  bases, et donc un tétragramme.

Pour rappel, celui-ci constitue la « TETRAKTYS » : 4+3+2+1 = 10.

Ceci peut paraître éloigné du sujet traité, cependant le 4, selon les pythagoriciens, est le chiffre de Dieu créateur, qui contiendrait toutes connaissances et sagesse.

tetraktis

S’il est évoqué ici, c’est dans une tentative d’approcher cette parole créatrice, originelle, et gardienne du Projet. Rien n’existerait matériellement sans le 4 ; En effet, trois points ou trois lignes ne peuvent déterminer un volume.

(Trois lignes en géodésique comportent une quatrième dimension : celle de la perpendiculaire au plus haut de la courbure)

Premier des 5 volumes platoniciens qui constituent toute matière, le tétraèdre comporte 4 faces en triangles. Et puis, eau, air, terre, feu, constituaient pour les anciens les 4 composantes de la matière.

 Alors ces constatations nous approchent-t-elles de l’action créatrice du verbe, de la parole, de la lumière et de Dieu?

Cela paraît très incertain, cependant, avec ce qui précède, nous pouvons poursuivre notre quête par une autre voie ; l’approche philosophique, et plus particulièrement une de ses composantes, qui, curieusement est vide ; l’ontologie. Il s’agit de la science de l’ETRE, abordée par les présocratiques et quasiment abandonnée depuis.

 

5 –  interprétations philosophiques : 

La parole est une action créatrice par la transmission de l’information. Elle serait fidèle ou non au message originel, et peut donc être constructrice ou destructrice, relativement à l’existence d’un hypothétique projet divin.

De la même façon, les manipulations du code génétique, l’appropriation en brevets de séquences entières du génome humain, les tentations de clonages, et d’un eugénisme qui définirait normalité et anormalité, la programmation dès l’embryon d’un droit à naître ou non, conduisent à supposer une remise en question du projet. L’homme, ingénieur génétique devient démiurge, sera-t-il à son image ?

Et simultanément, l’être humain détruit son environnement et compromet l’avenir de la planète.

A moins que les progrès scientifiques s’accompagnent de progrès égaux en sagesse et conscience morale. De tout ce qui précède, la conviction la plus établie qui apparaisse, c’est qu’il y a une parole créatrice qui a dit, transmis, et transmet encore le projet d’un principe créateur. Nous savons qu’il a instruit et instruit encore une évolution.

 Depuis l’aube de l’humanité, celle-ci s’est réalisée principalement sur la mise en œuvre de comportements de compétition et de domination. Ils aboutissent Aujourd’hui à nous établir exclusivement en producteurs (tête) – consommateurs (corps) dans un système économique mondialisé. Ils ont stimulé notre fonctionnement  intellectuel et l’accumulation des connaissances, d’une part, et la recherche obsessionnelle de satisfactions physiques et matérielles, d’autre part.

L’homme est devenu riche de ses pouvoirs et avoirs et pauvre dans son être.

Cependant, ils compromettent gravement l’homéostasie (l’équilibre) entre l’humain et son environnement, la planète, en plus de développer de scandaleuses inégalités.

L’actualité récente montre l’écroulement de ce système.

IL Y MANQUE LE CŒUR.

 (Film le 5ème élément)

6 – interprétation ontologique :

L’idée ici est que nous existons en triple présence :

–          notre tête : intelligence, connaissances, rationalité, réflexion…

–          notre cœur : émotions, sentiments, sensibilité…

–          notre corps : besoins physiques, matériels, santé…

La négligence d’un de ces mondes conduit à terme au sacrifice des  deux autres.

C

7 –  tradition, et conclusion :

 D’une manière très concrète, l’action créatrice de la parole a été mise en œuvre depuis toujours ;  qu’il s’agisse  des contes écoutés le soir dans la case, retenus et transmis de générations en générations ; qu’il s’agisse de la palabre, ou même du moyen de transmission des compagnons du devoir qui effaçaient leurs épures et plans afin qu’ils n’appartiennent qu’à la ‘’Cayenne’’.

Elle est aussi et même d’abord le moyen par lequel s’établira la fraternité, ou la haine. Les mots peuvent tuer aussi sûrement que des balles de fusil.

Ils exigent la connaissance d’une loi morale transcendante.

Au regard du présent travail, il semble que la loi morale soit la voie sacrée de l’Etre.

L’évolution à venir, qui serait une des composantes du Projet, réside dans une élévation de la conscience morale, un véritable développement de l’aspect le plus humain de l’humain : son cœur,

Et ce qu’il y a de plus élevé en ce lieu : l’amour et la fraternité.

La Fraternité ici n’est plus seulement un devoir, un sentiment et un comportement entre humains ; elle devient plutôt ‘’cô-naissance avec une parole créatrice’’.

C’est pourquoi elle n’est plus une disposition accessoire, et devient un devoir sacré : mettre en œuvre l’action créatrice de la parole pour servir la fraternité sacrée, en humble acteur et vecteur du Plan.

Dans la chrétienté, il aurait été dit : ‘’le père et moi ne faisons qu’un, et vous êtes tous mes frères’’.

En plus de tête-cœur-corps, Ceci suppose une quatrième présence en nous-mêmes, hologramme du divin, qui serait la loi et la conscience morale, servie par l’action créatrice de la parole.

A condition que l’amour fraternel nous reste sacré, et serve les liens constructeurs d’humains en devenir, dans la Parole retrouvée.

 Christian HYERLE

Références bibliographiques principales :

– le chiffre de la vie,  Grégory Benichou, Seuil,

–  la matière et ses ultimes secrets, Science et vie, hors série n° 244

– Du paraître à l’Etre, Christian Hyerlé, Chronique sociale.

 étoile tétraèdrique :etoile-tetra

 

 

 

 

 

                                     

 

 

 

 

 

 

                                                                  

La fraternité (2)

main FS2     Madame, Monsieur,

Le premier article, « mutatis-mutandis » était une vision globale destinée à présenter l’hypothèse d’un changement nécessaire pour assurer un devenir et une espérance dans les évolutions en cours.

Le suivant « La fraternité 1 » et sa suite ci-dessous montrent que c’est dans l’amélioration des interactions avec soi-même, avec les autres, et avec l’environnement, que peut se concrétiser un progrès dans le bien-être individuel et collectif.

 3/…sacrée (et 4 : conclusion)

« Je suis celui qui est. »

A partir de cette affirmation divine, se propose une discipline philosophique dénommée ontologie – la science de l’Etre -.  Bien qu’abordée comme  »science de toutes les sciences », c’est une quête avortée des premiers philosophes grecs. D’ailleurs,  »l’Encyclopédia Universalis » la considère comme l’unique science qui reste vide.

Il apparaît que la quête de l’Être contient la quête de la vérité et de la réalité absolues.

Dans l’histoire de l’humanité trois grands courants s’y sont risqués : les sciences, la philosophie, les religions. Aucun n’a abouti. A ce jour, aucune vérité ni réalité absolues n’ont pu être établies.

Cependant, pour étudier l’hypothèse du sacré attachée à fraternité, il convient de le chercher et le définir. Il se rapporte à : sacral, sacralisation, sacrement, sacrifice, sacre, sacrum, sacrilège, sacramentel, sacramental… En raccourci, il apparaît qu’il réfère à deux critères principaux : le sacrifice et le divin. Même si une foi sincère peut exister, personne n’a jamais vu Dieu. Je me propose néanmoins de poursuivre cette quête du divin et du réel par les sciences, les philosophies et les spiritualités. Il ne s’agit pas de faire étalage de connaissances, mais de présenter quelques principales informations pour servir notre propos.

arche de la fraternité dite « grande arche de la défense »:

Arche de la Défense

Notre ADN établi sur 4 bases (adénine, thymine, guanine, cytosine) constitue un langage qui transmet des informations par le codage de 64 unités (4, base du tétragramme – puissance 3). Cependant, même si le génome a été cartographié en entier, la plus grande part est non décodée, et contient d’immenses continents inconnus. Pourtant la génétique et la biologie moléculaire propose désormais la possibilité pour l’humain d’être créateur et modificateur de sa propre nature, et ainsi de s’approprier un attribut divin. Relativement à ce pouvoir-toute puissance, la question est déjà posée de son usage, autant pour la potentialité d’évolution, que pour la potentialité de sacrifice total de l’humanité. Curieusement, un des plus anciens livres de l’humanité, le Yi King, aussi appelé  »livre des transformations », propose de définir tous les possibles à partir de 64  »hexagrammes » .

  Au point de vue de notre cerveau, avec 100 milliards de neurones et une capacité de dix mille connexions par neurone, il dispose d’un potentiel de cent mille milliards d’interactions possibles. (Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent doivent l’adorer en esprit et en vérité; jean ch. 4 V 24)

Des études de plus en plus précises montrent une plasticité de fonctionnement inattendue. Il s’y ajoute une capacité de reproduction des neurones, et même l’utilisation possible de cellules plurivalentes. Ces découvertes ouvrent à des hypothèses de formatage, reformatage et fonctionnalités auparavant inconnues.

Relatives au fonctionnement du cerveau, les E.M.I. doivent être évoquées. Il s’agit des expériences de  »mort imminente » avec arrêt cardiaque, électro-encéphalogramme plat et retour à la vie. Les témoignages recueillis montrent des concordances, similitudes et identité plus que troublantes ; les études les plus récentes tendent à prouver l’existence de l’esprit (l’âme ?) indépendamment du cerveau. Les points communs de ces expériences expriment le passage par un tunnel aboutissant à une lumière indescriptible, océan d’amour duquel on ne veut pas revenir et pour la plupart, sortie du corps prouvée par des témoignages restitués sur des contingences externes, quelquefois très éloignées. Les millions de personnes concernées expriment leur transformation, en particulier dans leur rapport à la vie et à la mort, et assurent que le langage n’est pas en mesure de restituer la grandeur et la nature de ces expériences.

Dans une autre approche, celle de l’anthropologie, ce sont des pertes successives de fonctions, remplacées par des fonctions plus évoluées qui ont déterminé notre évolution. Par exemple, la perte de la marche quadrupède et de la préemption par la mâchoire contre préemption par la main, développement du cerveau et apparition du langage. Depuis, ce sont principalement les connaissances intellectuelles au service de la production (tête) qui se sont développées, ainsi que les besoins de consommation (corps). Cependant, les technologies récentes impliquent de moins en moins le besoin de mémoriser. Si cette fonction se réduit, il n’existe pour l’instant aucune hypothèse sur une fonction plus élevée à naître.

 A moins de supposer l’émergence et la mise en œuvre d’une nouvelle fonction qui établirait une conscience planétaire et cosmique par l’activation au niveau du cerveau d’une matrice inactive jusqu’ici : la fraternité sacrée universelle. (Cœur ?)

Il y a 80 ans environ, Teilhard de Chardin engageait cette perspective dans son concept de  »noosphère » mais également il y a bien longtemps, Platon, et plus proches, Kant, Hegel, l’avaient suggérée ; et aussi Leibnitz dans son concept de  »monades »  et Robert SHELDRAKE dans sa théorie des  »champs morphiques » et Gandhi, et les traditions orientales dans le taoïsme et les concepts de  »Ki » et de  »mana ».

A la fin des années 90, un symposium avait réuni les scientifiques de plus de mille disciplines différentes, en Australie. Une des questions abordées était : qu’est-ce qui peut être commun à toutes nos disciplines ?

La réponse suggérée a été qu’à la base de tout ce qui existe, il y a un principe séparateur et un principe unificateur en constante interaction dynamique et dont la résultante globale est EVOLUTION. Ceci semble confirmé par une expression d’Albert Jacquard : « à l’échelle de l’univers, il n’existe que la rencontre ou rien ». En lien avec ce qui précède, Edgar Morin a proposé dans son travail dénommé  »la méthode » plusieurs ouvrages qui ont alimenté  »l’approche systémique ». Elle comporte, parmi d’autres, quelques postulats :

 –         un système est caractérisé par l’existence d’interactions,

–          tout est système, sur-système et sous-système,

–          la qualité et la quantité d’interactions internes d’un système déterminent la qualité et la quantité de ses interactions externes,

–          la fonction première d’un système est de survivre et évoluer,

–          il y a interdépendance globale des systèmes.

Pour les puristes, j’ajoute que les mathématiques de Gödel démontrent qu’il ne peut y avoir de reproductions parfaitement identiques des interactions. Par conséquent, l’existence d’un système absolument  stable est exclue. Nous sommes dans l’impermanence autant que dans l’incertitude. Le  »yi-King » l’affirme : « l’immuable, c’est la transformation ».

Afin de simplifier (!!??), il convient maintenant d’aborder l’astrophysique et la physique quantique :

–          96% de l’univers est inconnu,

–          pour 70 % il s’agit d’une énergie, et 26 % de matière dites  »noires » l’une et l’autre.

La physique quantique, à la recherche de la matière, n’a découvert que des fonctions d’ondes, immatérielles, avec des attributs et capacités inattendues :

–          La non-séparabilité ; deux électrons d’un même atome séparés et projetés aux deux extrémités de l’univers restent liés en identités et phénomènes. Ce qui se passe pour l’un, se produit pour l’autre, instantanément.

–          Il en résulte une suppression de la temporalité, de la distance, de la localisation, et une transgression de la vitesse de la lumière.

–          Cette approche réduit le réel à un résultat probabiliste de possibilités infinies, qui, par effondrement des possibilités, sauf une, permet l’émergence du monde macro physique auquel nous avons accès par nos sens ordinaires.

–          la physique quantique a aussi et surtout démontré que l’observateur est toujours CO-créateur de son observation.

–          Et par conséquent, que les anciens paradigmes : « la nature m’est extérieure, l’autre m’est extérieur, l’univers m’est extérieur et Dieu m’est extérieur », sont complètement erronés.

–          ’’ le royaume ne saurait être épié. Il est impossible de dire : il est ici, ou il est là. Car le royaume est au-dedans de vous’’ (Luc Ch. 17 V 20-21).

En tentative de synthèse, il est possible d’affirmer qu’il existe un monde matériel, manifeste et déterminé, et un monde immatériel, virtuel et infini de libres potentialités. Les attributs et fonctions de la physique quantique :

–          non-séparabilité, non –localisation, ubiquité du tout et des parties (nul n’est perdu, chacun est au centre du cercle), non-temps, non-distances et infini de libres potentialités, ajoutés aux points précédents sur les sciences de la vie présentent une somme d’indices congruents et convergents pour croire à un principe créateur, et CO-créateur intelligent.

Il aurait été pertinent d’ajouter aux synthèses précédentes le principe  holographique et les théories et applications des nanotechnologies.  

Comme ces sciences et techniques vont dans le même sens, il paraît possible de conclure sur le sacré.

 4 – conclusion :

Depuis des siècles opposées les unes aux autres il advient que spiritualités et sciences se conjuguent harmonieusement ; plus encore, il apparaît que les sciences expérimentales donnent un faisceau d’indices convergents pour établir l’existence d’un principe créateur supérieurement intelligent.

Cette seconde partie portant sur le Sacré propose qu’il devienne de plus en plus déraisonnable de ne pas croire en l’existence de ce principe. (Rien ne peut naître de rien, et rien ne peut retourner à rien)

Il ne s’agit pas de preuves, d’ailleurs il semble que l’absence de preuves soit inhérente à Sa nature.

Cependant, dans le doute, de puissantes convictions peuvent être établies :

–          Il existe un principe créateur, maîtres de tous les avatars, comme du temps et de l’espace,

–          Il n’a qu’un but : le règne de l’amour absolu, inconditionnel et éternel, œuvre suprême de toute la création.

C’est pourquoi la fraternité est sacrée.

Jacques Attali dans son ouvrage  »fraternités, une nouvelle utopie »:

« Aujourd’hui, nous n’en sommes qu’à la préhistoire de la fraternité, et il faut commencer par en inventer la pratique dans la modestie du quotidien et la démesure de l’idéal. »

Alors :

Si je t’aime, mon frère, ma sœur,  ce n’est pas moi qui t’aime, c’est l’Etre suprême, le S.O.I., à travers moi, qui t’aime. Et si je ne t’aime pas, c’est ce M.O.I., l’ego, qui ne t’aime pas, mais il n’est pas moi.

Oui, la fraternité est sacrée, elle est mouvement évolutif, coévolution en coresponsabilité.

Image d'une géode

 

Comme dissimulé dans la géode, le joyau est au fonds du cœur de chacun d’entre nous !

Christian HYERLÉ

tetractis-interpretee-584x260

 

Bibliographie partielle :

 » Le chiffre de la vie » Grégory BÉNICHOU

  » L’erreur de Descartes » Antonio R. DAMASIO

  » Le cerveau magicien » Roland JOUVENT

  » Du cerveau à Dieu » Mario Beauregard

   » De la génétique à Dieu » Francis S. COLLINS

   » Le moment fraternité » Régis Debray

  » Fraternités : une nouvelle utopie » Jacques Attali

  » Le Yi King » Richard WILHEM

  » Du paraître à l’Etre » Christian HYERLÉ

 

 

  Prochain article le 21 mars 2013 : ‘’l’action créatrice de la parole’’         

Mutatis-Mutandis

‘’MUTATIS-MUTANDIS’’

De la domination-possession à la coévolution en coresponsabilité

1- le constat

   2- les valeurs

   3- la mutation

(Ce texte n’engage que l’auteur, citoyen quelconque)

Crise économique, politique, morale, sociétale, environnementale… Lire la suite