Auteur

IMGP0109

« Dialogues en Humanité » 2013. Lyon, Parc de la Tête d’Or – Atelier « L’Excellence relationnelle ».

 

Quelque chose finit, quelque chose commence.

Je suis un presque vieil homme, et je me rends compte de l’aspect illusoire et présomptueux de cette affirmation. Comme si elle suggérait qu’il y aurait quelque connaissance obtenue et acquise par l’âge.

Je ne sais rien ; et y compris que je ne sais rien. 

Quelque chose meurt, quelque chose naît,

J’ai compris (mais je ne le sais pas) que l’être est dans le devenir. Et que dans les pires épreuves passées subsiste la récompense d’y avoir survécu.

Quelque chose est perdue, quelque chose est trouvée,

Rencontrer; échanger; partager, par ce site qui vous permettra de publier vos commentaires et articles.

Quelque chose disparaît, quelque chose apparaît.

Ainsi ce modeste début s’inscrit comme une fin de cycle qui a été l’objet de ma passion principale toute ma vie, et qui m’a permis la pratique d’un merveilleux métier (formateur) pendant trente ans.

Après en avoir publié l’expérience (« Du paraître à l’être » ed. Chronique sociale), j’ai choisi d’ouvrir d’autres voies.*

Ce serait sans aucun doute un orgueil bien mal placé de supposer que mon existence et mes propos aurait un intérêt – très relatif – pour un lecteur indulgent. Il s’y ajouterait l’illusion d’y supposer une survivance poursuivie bien vainement. D’ailleurs ce lecteur miséricordieux n’aurait lui-même que les quelques instants fugaces qu’est une existence humaine pour y ajouter quelques secondes.

Et pourtant, un désir est là, manifesté : Rencontrer; échanger; partager.

Dans une tentative de reconstruire un désir-devenir avec un projet plus ambitieux que je n’aurais pas pu engager auparavant : je n’avais pas encore appris l’humilité et la patience.

A vous lire, j’espère.

(Partenaire de votre mieux-être : entretien d’aide et accompagnement en coaching systémique 06 10 02 72 89.) 

5 réflexions au sujet de « Auteur »

  1. merci pour cet échange, cet échange qui ne peut jamais se figer mais désormais s’inscrire dans l’infini de l’univers. Je caractériserai ce ressenti comme une oeuvre d’art non statique qui à chaque fois qu’on la carresse de notre regard nous révéle toujours et encore « quelque chose »

  2. Bonjour Christian, j’ai enfin retrouvé votre trace ! on s’est rencontré il y’a quelques années, à L’UCPA AMS.  » Les gens les plus intelligents sont souvent les plus malheureux  » . Je n’ai pas la prétention de dire que je suis intelligent mais cette phrase m’a marquée 😉 . Au plaisir de vous revoir. Romain

    « N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace. »

Laisser un commentaire